Développement durable Produits Imprimer
Développement durable
Entreprise \ Pratiques commerciales \ Produits

Un papier écologique et équitable venu de Thaïlande


Illustration : Un papier écologique et équitable venu de Thaïlande Développement durable
 
Développement durable
Double A, marque du papetier thaïlandais Advance Agro, a développé un mode de production du papier intégré, depuis la plantation des arbres jusqu'à la distribution du papier. Un procédé qui lui permet de contrôler et de réduire les impacts sur l'environnement et de fournir un revenu supplémentaire aux paysans.

L'idée qu'un papier respectueux de l'environnement est forcément moins blanc, moins lisse, trop fin, est devenue obsolète. Le papier Double A, commercialisé depuis 2001 en Europe, mais discret jusque là sur ses performances environnementales, bat en brèche les critères habituels en mettant sur le marché un papier écologique de qualité (80 g) blanc et lisse, véritable concurrent des papiers traditionnels. Suspect ? Surtout innovant, le procédé du Thaïlandais Advance Agro, qui s'annonce comme le principal producteur de pâte à papier et de papier d'Asie du Sud-Est , fait tomber une à une les objections environnementales et sociales que l'on peut avoir envers cette industrie. Le fait le plus marquant est que son usine ne participe pas à la déforestation. On sait, par exemple, que 80% du bois coupé en Tasmanie part en papier pour les Japonais. Et que ce bois, provenant d'eucalyptus de plantation a été précédé d'un rasage au napalm des forêts anciennes primaires. Plus largement, environ 40% du bois commercialisé au monde, l'est pour le papier. Et cette consommation devrait grossir de 50% d'ici 2010, selon FSC Allemagne. Le procédé d'Advance Agro, s'il fait appel aux eucalyptus de plantation n'a rien à voir avec les méthodes australiennes destructrices.

 UN ACTEUR DE POIDS COMPARABLE AU FSC


Le label FSC est pour l'instant l'alternative écologique la plus connue aux papiers recyclés, pour répondre aux besoins en fibres vierges. Cependant, ce label ne certifie pas le procédé industriel de fabrication du papier, souvent polluant, mais simplement un pourcentage de fibres provenant de forêts durablement gérées. Ce label, parfois contesté sur certaines plantations, comme au sud Brésil, reste le plus internationalement reconnu. Le papier FSC représente 5% du marché européen du papier impression-écriture, soit 300 000 tonnes avec un taux de croissance de 38% prévu en 2008 (source : FSC France). Sur le marché de l'emballage, la demande s'amorce. A titre de comparaison, Double A produit 600 000 tonnes de papier par an et est commercialisé dans 90 pays. En France, le papetier a noué des partenariats de distribution avec les principaux acteurs du marché comme les papeteries d'Avor, Liogier Buro+, Axellium Garonor ou encore La Victoire. La société qui communique depuis deux ans seulement sur ses critères écologiques répond à une demande des distributeurs en la matière.

Boucle locale vertueuse

Advance Agro a développé un modèle économique original et innovant depuis 1989 avec les paysans Thaïlandais. Plutôt que d'importer de la pâte à papier de forêts de l'autre bout du monde, comme on le fait en Europe, Advance Agro crée sa propre matière première en cultivant des pousses d'eucalyptus qu'il vend aux paysans. Ces derniers les plantent sur les bandes de terre qui séparent leurs parcelles de riz, des talus habituellement non exploités. Ces eucalyptus australiens ont été améliorés par hybridation, afin qu'ils poussent en trois à quatre ans (au lieu de sept à dix) dans les conditions humides de la péninsule thaïlandaise. Advance Agro a investi vingt ans de recherche et développement dans cette espèce d'arbres. Le million de paysans indépendants qui les cultivent en retirent une ressource complémentaire non négligeable, revendant 4 euros environ, un arbre qui leur a coûté 30 centimes. " Nous garantissons un prix minimum pour les garder comme fournisseurs et nous nous ajustons au prix du marché ", préciseThirawit Leetavorn, vice-président exécutif.

Ajoutons à cela que dans l'usine, certifiée ISO 14001, les eaux usées sont doublement traitées et utilisées pour l'irrigation des arbres. " Nous élevons des poissons dans le dernier bassin de décantation et nous les mangeons " affirme le représentant thaïlandais. Par ailleurs, les rejets sont suivis de près par les autorités. Si le procédé de fabrication n'est pas exempt de produits chimiques, le blanchiment du papier se fait sans chlore. En outre, la consommation d'eau a été réduite par dix grâce des innovations et l'usine couvre ses besoins  par un immense réservoir de sa construction. Le cycle est bouclé aussi d'un point de vue énergétique : la matière organique qui forme les déchets de papeterie, notamment la liqueur noire, est transformée en carburant pour faire de la vapeur, qui alimente une centrale électrique interne à l'usine, de 1000 méga watts. " Nous réfléchissons à intégrer le marché des émissions de carbone " ajoute Thirawit Leetavorn. En attendant de faire son bilan carbone, l'entreprise est en négociation avec le label FSC. Le Forest Stewardship Council est un Conseil (composé d'ONG environnementales, industriels et peuples indigènes de forêts) qui certifie la bonne gestion forestière et la traçabililté d'une filière. Le modèle Double A ne rentre pas dans leur grille d'évaluation puisqu'il n'y a pas ici de forêt. Cela dit, le label a développé la marque " FSC plantation " à laquelle Double A pourrait peut-être prétendre. " Nous allons même plus loin socialement que les grandes plantations puisque nous laissons aux exploitants la propriété de leurs terres. Le fermier est libre de la gérer, de la vendre ou de la donner à ses enfants " précise Thirawit Leetavorn. En outre, les plantations en lignes de Double A ne posent pas le problème de perte de biodiversité et d'appauvrissement des sols qui caractérisent la monoculture d'eucalyptus sur de grandes surfaces.



Hélène Huteau
Mis en ligne le : 14/11/2007





Imprimer Transmettre